Euskal Abizenak  
 

 
Des numéros anterieurs: Un magazine semestriel d´Héraldique, Généalogie et Nobiliaire.
IRUÑEA-PAMPELUNE-PAMPLONA - N° 2 - Été 2002
  Des sectiones
Couverture
Héraldique
Éthymologíe
Généalogie
Nobiliaire
Recensements
Archives
Bibliothèque
de périodiques

Livres
Cédéroms
Logiciels
Sites
Forums
Lignages
 
  Envoies tes commentaires et suggestions à:

e-abizenak@ euskalnet.net  
 
 

  euskara castellano

SOFTWAREA

Logiciels - Software
GEDCOM
Par Alejandro Millberg



Je commence en faisant miennes les paroles de Carlos Skovgaard: c'est "une petite école où ceux qui ne connaissent pas vont renseignés ceux qui connaissent encore moins », c'est certainement mon cas comme professeur improvisé.


GEDCOM est un format d'archives d'informations. Il est créé par le département d'histoire familiale de l'église des Saints-des-derniers-jours, communément appelé « Mormon », donnant accès à un format flexible et uniforme, pour échanger des informations généalogiques computarisées. C'est un acronyme de GEnealogical Data COMmunication (communication de données généalogiques).

Le propos de GEDCOM est de rendre propice le partage des infos généalogiques et les développements d'une vaste gamme de produits et de softwares opérationnels entre eux, pour assister les généalogistes, historiens et autres chercheurs.
GEDCOM: http://www.gendex.com/gedcom55/55gcint.htm#S1, GEDCOM Standard Release 5.5).

Jusqu'ici, tout est très beau. Mais GEDCOM a été développé pour des fins très spécifiques par ses créateurs: l'Église. Une de ses croyances est sa possibilité de baptiser ses ancêtres qui ne l'auraient pas été durant leurs vies et de pouvoir ainsi être rassemblées dans l'éternité. C'est là l'intérêt d'identifier ses ancêtres. Je précise que je ne suis pas de religion mormone et je passe un long moment dans leur site Web (http://www.mormon.org/learn/).

Il est entendu que l'information qu'utilise l'église est relativement simple, nom et nom de famille, date, endroit de naissance, mariage et décès, (dites-le moi si je me trompe). Il va s'en dire que les généalogistes travaillent avec des informations beaucoup plus complexes: recensements des villes, actes et documents très variés, appartenance à des ordres religieuses et militaires, divorces, confirmation, bar mitzvahs, émigration et testaments, pour en nommer quelques-uns. Logiquement, les fabricants des programmes les ont perfectionnés chaque fois plus complexe et riche en possibilités, avec l'objectif de satisfaire l'utilisateur, chaque fois plus sophistiqué.

Il y a une douzaine de programmes généalogiques différents en commencant par Personnal Ancestry File (PAF), de la même église. Naturellement, entre les différents utilisateurs, il y a un grand intérêt au partage d'informations. Tout simplement parce qu'il est disponible, GEDCOM s'est transformé dans un format standard de transfert, adopté par les différents fabriquants de softwares généalogiques.

Qu'arrive-t-il lorsque les formats développés par l'église sont utilisés pour travailler avec des informations plus complexes? Il faut faire des interprétations et des concessions. C'est là que commence les problèmes; lorsque le programmeur d'un software définit l'exportation de l'information de son programme à GEDCOM, il n'est pas nécessairement compatible avec un autre software d'un programmeur différent et au contraire, il en tiendrait du miracle que le tout fonctionne. C'est ce phénomème qui nous conduit vers une corruption des données.


Haut de la page


Jusqu'à très récemment, j'étais dans l'ignorance. Je croyais qu'il était suffisant d'exporter les dates de mon programmes vers GEDCOM et ma supposition était que n'importe qui important mes archives recevrait exactement les informations. J'ai souffert d'une amère déception en assistant à une conférence de Bob Velke, créateur du programme The Master Genealogist, dans la récente GenTech 2002, conférence de généalogie réalisée à Boston les 25 et 26 janvier dernier. La conférence parlait de "Data Transfer Tools and Protocols" (outils et protocoles de transfert de données). Ce n'est pas mon propos de transcrire la conférence et je doute de pouvoir le faire même si je le voulais, à cause du niveau, étant diriger vers des utilisateurs avancés de programme et pour des programmeurs. Bob a mentionné que les spécifications de GEDCOM n'ont pas seulement changées avec le temps de la version 4.0 à 5.5 sinon que dans le dernier, il y a eu trois changements officiels en dates successives, plus deux ajouts et une rétractation d'une d'eux. Il a signalé que différents programmeurs utilisent différentes spécifications, les interprètent de manières différentes et finalement y donnent le coup de grâce: une chose si simple apparemment comme exporter des archives à GEDCOM et immédiatement ensuite importer au même programme, appelé voyage allez-retour, ne garantie pas absolument que les archives importées soient identiques à l'original.

Quand j'ai entendu l'affirmation, mon sang a gelé. Ca fait six ans que j'utilise Family Tree Maker (FTM), jamais je n'ai utilisé un autre, je l'avais acquis en lisant une très bonne critique apparue dans une revue nord-américaine d'informatique. Mes archives familiales contiennent plus de 45 000 membres, écrits un à un (ça ne m'a jamais paru bon d'importer des informations des autres archives aux programmes, je préfère la copier). J'ai un investissement énorme en temps et en effort. Il y a quelques mois, j'ai eu un problème énorme avec mes archives et j'ai suivi les instructions du fabriquant pour le réparer. Une de ses solutions était justement d'exporter les archives vers GEDCOM et les réimporter, ce que j'ai fait. Le dilemne était très claire et effrayant: comment j'allais me rendre compte si le voyage allez-retour avait fait un changement dans mes données? Impossible sauf seulement par croisement accidentel avec un élément très évident. Ce n'était pas la fin du monde! Je fais des copies numériques des informations périodiquement qui me permettent de retourner à des versions antérieures au désastre, mais je devais réentrer mes données manuellement, c'est-à-dire 2000 noms!

Par un détail mineur, je me suis rendu compte (j'ai une mauvaise mémoire) que le voyage avait été évidemment fait mais par un autre chemin si bien que la version que j'étais en train d'utiliser n'était plus celle de départ. Pour ceux que ca intéresse, si les archives originales incluent des photos, en passant par GEDCOM, elles se perdront puisque ce dernier ne les supportera pas. J'en avais 2 ou 3 qui avaient été ajouté lorsque je commencais à utiliser le programme, pour faire un essai, puis il continuait à se retrouver dans la version actuelle.

Remis de cet épisode, j'ai pensé qu'il doit y avoir beaucoup d'utilisateurs de programmes de généalogie qui se trouvent dans la même situation que moi avant d'écouter Bob Velke et c'est pour cette raison que j'ai décidé d'écrire ces lignes pour tenter de sensibiliser sur les risques qu'implique l'utilisation de GEDCOM. J'espère avoir réussi.

Haut de la page
    Les droits intelectuels des articles sonts propieté de leurs auteurs.
Copyright© 2001-2002 Lizardi Multimedia